Bebop-net

Ce blog n'est plus maintenu. J'ai décidé de créer un nouveau site web et je vous invite à le visiter à l'adresse http://regagnon.com.


Archive pour mai, 2006

Concours Alsacréations

Un nouveau concours Alsacréations va bientôt débuter. Cette fois-ci, aucun design de site à faire, mais celui d’un t-shirt. Le but étant avant tout d’aider financièrement l’association Mozilla Europe en s’amusant. Vous avez donc jusqu’au 26 juin pour réaliser de superbes motifs qui se retrouveront ensuite dans la boutique Alsacréations. Pour plus d’informations, faîtes un tour sur la partie dédiée au concours.

Joe Clark tire un constat peu reluisant de la feuille de travail du WCAG 2.0 dans cet article de A List Apart.
Est il encore possible de redresser le tir? A priori pas complètement, mais je crois que cela mérite quand même d’être tenté. Si vous avez beaucoup de temps devant vous. Il vous est possible d’envoyer vos remarques au groupe de travail jusqu’au 22 juin 2006.

En 5 jours, j’ai eu 234 commentaires de spam. 232 ont été attrapés par Akismet. Etant débordé en ce moment, je suis vraiment content de ne pas perdre mon temps à trier tous ces messages. Akismet m’a prouvé par le passé, qu’il ne faisait pas d’erreur, je lui fais donc totalement confiance. Bon d’accord, il lui arrivera un jour de se tromper, mais une erreur sur plusieurs centaines de spam attrapés, cela ne compte pas vraiment…
Si vous voulez vous protéger contre le spam, je vous recommande vivement l’utilisation d’Akismet. (qui ne se limite pas qu’à WordPress)

Il semblerait que Shuttle soit terminé. Il s’agit d’une refonte de la partie administration de WordPress. Et je trouve cela très attirant. Vivement la prochaine mise à jour de WordPress que l’on puisse jouer avec.

Ça, c’est de la présentation!

On a tous été confronté au moins une fois dans notre vie à une présentation PowerPoint mal faite. Des successions de listes à puces sur les fonds par défaut, qui sont absolument horrible. C’est mou, cela à plus tendance à endormir qu’autre chose. Et la plupart du temps, le public n’en retient quasiment rien.
Tout repose alors sur le talent de l’orateur, de la dynamique qu’il arrivera à insuffler à sa présentation. (car ce ne sont pas les effets de transitions qui sont capable de donner un peu de vie à la présentation)

Alors qu’il suffit simplement de rester simple! Avoir juste une idée par diapositive, et utiliser des visuels efficaces. Si il y a un orateur, toutes les informations ne doivent pas se retrouver à l’écran. Seulement les points forts doivent être projetés. Sinon quel est l’interêt d’avoir quelqu’un qui s’est déplacé?

Si il vous arrive de faire des présentations, je vous conseille la lecture du blog Presentation Zen et plus particulièrement, les entrées populaires situées dans le menu. L’auteur met le doigt sur plein de points à prendre en compte.

Une fois que l’on a bien assimilé ce qu’est une bonne présentation, on peut arriver à quelque chose comme Identity 2.0 qui est génial.
Dick Hardt est rapide (on a pas le temps de s’endormir). Ses diapositives ne servent qu’à souligner les points importants. Il utilise l’humour, ainsi que des images et logos. Notez aussi le passage en fond noir/texte blanc, lorsqu’il parle de valeurs négatives.
Résultat, on a une présentation très sympathique (je l’ai vu 2 fois) et surtout : le message passe.

Il n’y a pas forcément besoin d’un travail énorme en plus pour avoir quelque chose de largement meilleur. J’espère vraiment que d’ici quelques années ont aura abandonné toutes ces mauvaises présentations.
Malheureusement je crains que cela ne sera pas le cas, surtout lorsque l’on voit les dernières présentations de Microsoft.

Étagère invisible

J’aime beaucoup cette idée d’étagère invisible. Je ne pourrais pas mettre toute ma bibliothèque comme ça, mais peut-être les livres qui traînent à côté de mon lit. Au lieu de les entasser par terre…

Google et le choix

Je suis d’accord avec l’avis de Nicholas Carr sur l’attaque de Google, reprochant à Microsoft que MSN soit le moteur de recherche par défaut de IE 7.

C’est bien gentil d’avancer le principe, qu’il faut laisser l’utilisateur libre de faire son choix. Dans ce cas allons jusqu’au bout du raisonnement, que Google permette de choisir le moteur de recherche à utiliser lorsque l’on arrive sur leur page d’accueil. Pas seulement le leur.
Il n’y a aucune raison que Microsoft ne privilégie pas son moteur de recherche. Google qui se positionne en donneur de leçon afin de favoriser ses interêts, est profondément hypocrite.

N’oubliez pas que le chiffre d’affaires de Google vaut 1/7 de celui de Microsoft. Pour une société qui n’a pas encore fêtée ses 10 ans, et qui a démarrée comme un simple moteur de recherche, je trouve cela extrêmement impressionnant. Google est là pour l’argent, et il ne faut surtout pas se laisser convaincre du contraire.

Le prix aide à valoriser le produit

Tristan évoque quelque chose d’intéressant dans son billet Microsoft et les mesures piratages. J’aimerais approfondir ce point :

Il y a une autre façon de voir les choses : le prix est un signal. Le prix véhicule l’idée que si c’est cher, c’est que c’est vraiment bien, alors que si c’est bon marché, voire gratuit, soit c’est nul soit ça cache quelque chose.

C’est bon à rappeler, d’autant plus que cela rejoint mes quelques cours d’économie. Tristan nous parle ici rapidement de différentes choses.

Premièrement, le prix psychologique. Pour chaque produit, il y a un seuil limite. En baissant trop son prix, on fera douter sur sa qualité.
Par exemple, beaucoup de personnes pensent que la version éducation d’un logiciel est moins complète qu’une version dite professionnelle à cause de son prix faible. La majorité du temps, il n’y a absolument aucune différence, les deux logiciels sont exactement pareils. Les différences sont seulement dans la licence.
Le prix psychologique optimum d’un produit est celui qui convaincra le maximum de client de n’être ni trop cher, ni douteux.

Ensuite on retrouve que le prix à la particularité de véhiculer 2 valeurs contradictoires, le sacrifice de la dépense, mais aussi l’assurance d’une certaine qualité (pouvant dépendre de l’enseigne du vendeur, ainsi que de la marque du produit). Le prix influe alors sur la valeur perçue du produit (ce que l’on va en retirer), qui est la différence, ou le rapport entre ces deux éléments.

Il s’agit de deux points important à ne pas oublier lorsque l’on élabore un prix. Mais il en existe plein d’autres. Trouver un bon prix est loin d’être aussi simple que ça.